Principal

Coiffures

Dermatillomanie

La dermatillomanie est un trouble psychologique dans lequel une personne se déforme en se grattant ou en se ramassant. Les experts disent que la pathologie est similaire à une maladie telle que l'excoriation névrotique.

Les personnes elles-mêmes se blessent en perçant et en coupant des objets, des ongles et des dents. Pour traiter la maladie, un thérapeute ne devrait pas, il aurait toujours besoin des conseils d'un thérapeute et d'un dermatologue.

Le premier patient doit être examiné par un dermatologue pour exclure d’autres maladies de la peau. Cependant, la psychologie humaine est conçue de manière à ce qu'il croie rapidement en l'action de toute drogue que ne le reconnaît la déviation psychologique.

Étiologie

Cette déviation psychologique peut être due à des problèmes de nature personnelle. On peut dire que la cause principale est le trouble du comportement d’une personne.

Après avoir vu l'apparition d'acné sur la peau, une personne susceptible de tels troubles peut ressentir un symptôme de psychosomatique. Une personne devient nerveuse et irritable, toutes ses pensées ne portent que sur ce «défaut», il y est constamment et incontrôlable, il gratte la peau. Mais le visage n'est pas la seule partie du corps où des cicatrices similaires peuvent apparaître. Les personnes se blessent au cuir chevelu, au cou, aux épaules, au dos, aux bras et aux jambes.

Classification

Dermatillomania a plusieurs variétés:

  • épilation régulière des poils «extra» (cette pathologie est appelée trichotillomanie) - chez les femmes, cela se manifeste par l'arrachement constant des sourcils;
  • déchirer les fissures dans les lèvres, mordre la lèvre ou l'intérieur de la joue;
  • se ronger les ongles et les bavures.

Beaucoup de gens qui se mordent les ongles pensent avoir une mauvaise habitude et souffrent en fait d'une maladie psychologique.

Cette pathologie commence à se développer à l'adolescence. C'est alors que la première acné apparaît, à partir de laquelle les gens essaient de s'en débarrasser, c'est-à-dire, les expulser. Pendant cette période, les hormones se développent et le corps est submergé par des émotions qui poussent l'adolescent à se gratter et à se peigner. Cela s'applique aux filles qui surveillent leur peau plus que les gars.

La dermatillomanie peut être due aux états suivants:

  • état dépressif avec émotions négatives, par exemple, ressentiment envers quelqu'un, colère ou frustration;
  • non réalisation, manque d'estime de soi ou honte devant quelque chose;
  • culpabilité pour quelque chose ou un sentiment d'indivisibilité;
  • dépression, situations stressantes régulières, apathie face à tout ce qui se passe.

La dermatillomanie n'apparaît pas de nulle part. La cause principale de ce processus pathologique est l'état interne d'une personne, bien qu'il ne soit pas nécessaire d'exclure la peau du problème. Tout le monde peut se retrouver dans une situation stressante, après quoi un état dépressif apparaîtra. Mais certains en sortent vite, d'autres au contraire s'enfoncent plus profondément. Les cliniciens notent que les personnes ayant des problèmes de peau sont à risque.

Symptomatologie

La psychologie est la base de cette maladie, par conséquent, les symptômes qui indiquent avec précision le développement de la pathologie ne peuvent pas être vus. Ce n'est pas une pathologie physique, qui est accompagnée d'un certain ensemble de symptômes.

Les médecins soulignent certains des principaux symptômes:

  • une personne est heureuse si de nouveaux défauts cutanés apparaissent, par exemple acné, abrasions;
  • une personne éprouve du plaisir, de la joie et de la détente quand elle déforme sa peau;
  • après avoir ressenti de la joie, la frustration vient immédiatement - afin de revivre les sentiments anciens, la déchirure de la même zone continue;
  • le désir d'infliger spontanément des lésions cutanées - une personne peut le faire à tout moment, en tout lieu et même avec les mains sales;
  • en s’examinant dans le miroir, le patient ne voit que l’acné, et non pas une manifestation générale;
  • le début du développement des déviations est toujours favorisé par un état psychologique négatif d'une personne.

La manifestation des signes chez chaque personne se produit de différentes manières. Cette pathologie ne cède pas à l'auto-traitement, car la personne ne peut pas refuser indépendamment de ne pas faire sortir son acné et sa peau. Il s'agit d'un état psychologique que seul un psychologue peut aider à éliminer.

Diagnostics

Il convient de noter que toutes les personnes qui écrasent l'acné ne sont pas atteintes de maladie mentale. La dermatillomanie est une pathologie distincte.

En contactant un spécialiste au premier stade du développement de la maladie, il est possible de résoudre le problème en peu de temps. Mais cela ne signifie pas que toute démangeaison de la peau est une dermatillomanie. Dans certains cas, il s’agit d’une simple manifestation d’allergies.

Pour un diagnostic précis de la maladie, consultez plusieurs médecins, par exemple:

Après avoir effectué les examens nécessaires, les médecins établiront un diagnostic général.

Traitement

Après consultation de plusieurs spécialistes, le traitement aura lieu dans le complexe:

  • si le cas est grave, un psychiatre viendra à la rescousse - pendant les séances, le psychologue ne sera pas en mesure de débarrasser la personne d'un problème interne, par conséquent, un traitement médicamenteux est également prescrit;
  • ces patients sont soumis à une psychothérapie cognitivo-comportementale, c’est-à-dire qu’une personne est sevrée de ses mauvaises habitudes - c’est assez difficile à faire, le résultat est souvent à court terme, mais l’essentiel est d’enseigner à une personne à percevoir différemment les attaques de «mauvais désirs» dirigées contre la peau.

Pendant le traitement, il est nécessaire d'établir la raison pour laquelle cela se produit. Par exemple, cela se produit dans un accès de colère ou à cause d'un sentiment de culpabilité. Une personne comprend que si elle a peur de presser un bouton, cela ne signifie pas se débarrasser du sentiment de peur, mais ce sera une sorte de distraction par rapport au problème rencontré.

La thérapie consiste à apprendre au patient à être conscient de son déclencheur et à réagir correctement. En d'autres termes, il est possible de respirer profondément dans un accès de colère et, si c'est effrayant, pensez à quelque chose de bon.

Pour la plupart des gens, le déclencheur est un miroir: si une personne le regarde, la recherche du "salut" sous la forme d'un bouton commence. Dans cette situation, il est conseillé au patient de regarder moins dans le miroir, et il est préférable de le faire à une courte distance.

Des médicaments sont prescrits aux personnes à un stade avancé de la maladie lorsque la dépression est trop profonde.

Prévention

La prévention consistera à éviter les principaux déclencheurs:

  • un long regard sur votre visage dans le miroir - vous ne devriez pas vous approcher du miroir, il est préférable de le faire aussi rarement que possible;
  • vous n'avez pas besoin de toucher la peau pendant longtemps - certains experts recommandent de coller du ruban adhésif ou du plâtre sur vos doigts pour contrôler les mouvements de la main;
  • stress constant - personne n'est à l'abri de cela, mais si une personne décide de pratiquer le yoga ou la méditation, cela contribuera à renforcer ses nerfs.

Il faut comprendre que choisir la peau et pincer l'acné n'indique pas toujours la présence de la maladie. Seul un spécialiste qualifié après toutes les procédures de diagnostic peut effectuer le diagnostic correct.

Si le patient lui-même ne résout pas le problème, il est nécessaire de contacter un psychothérapeute afin que celui-ci puisse identifier la maladie ou réfuter le développement de telles déviations, telles que des excoriations nerveuses.

Ne soyez pas timide, car ce problème est très difficile à résoudre. Si vous soupçonnez une personne de souffrir de dermatillomanie, vous ne devez pas différer la visite chez le médecin, car cette maladie ne disparaîtra pas d'elle-même. Il est nécessaire de traiter les troubles psychologiques profonds, et cela ne peut être fait que par un psychothérapeute.

Dermatillomanie: comment calmer les mains

Il y a des choses embarrassantes à parler, effrayantes et généralement pas acceptées. La dermatillomanie est un trouble psychologique du comportement, qui se traduit par le peignage et le grattage constants de la peau. Pourquoi cela se produit-il et comment faire face au problème?

La dermatillomanie est l'un des soi-disant troubles compulsifs de la psyché. Elle ne se propage pas moins que la trichotillomanie (tirant les cheveux) et l’oniophagie (morsures d’ongles). La boucle sur l'un de ces processus indique un conflit interne et peut interférer avec le flux normal de la vie.

"Il est difficile pour une personne souffrant de trouble compulsif de contrôler ses pulsions. Cela ne dépend pas du niveau d'intelligence, d'éducation et de statut", explique la psychothérapeute Ada Condé. "Il est important de comprendre que le dermatisme n'est pas un caprice ni un manque d'autodiscipline, mais un désir inconscient de contrôler même difficile à suivre. "

Le désir de blesser la peau augmente pendant les périodes d'expériences aiguës: stress ou même joie. La raison réside dans le sentiment de honte et de culpabilité. En fait, c'est un moyen de se punir soi-même.

«Pratiquement chacun de nous se gratte même parfois une plaie d'abcès ou de guérison, en particulier chez les enfants et les adolescents", explique l'expert. "Cela ne devrait pas susciter d'inquiétude. Mais la dermatillomanie est un traumatisme obsessionnel et incontrôlable de la peau. Il se distingue par sa constance et sa Une personne a une peur de la communication, un désir d’isolement, un sentiment d’impuissance qui s’étend à d’autres domaines. "

Si des membres de votre famille souffrent de ce trouble, ne répétez pas: "Cessez de le faire!".

Au lieu de faire honte et de réprimander, faites preuve de compréhension et de soutien. Si vous êtes un parent, essayez de faciliter le contrôle et la pression sur l'enfant. Ceci est un symptôme direct du fait que vous supprimez sa personnalité. Il a peur d'être lui-même, le «visage» est rejeté, l'enfant tente de se «punir».

Lorsqu'une personne est supprimée, cela crée une certaine attitude envers soi-même et une recherche d'expériences et d'émotions similaires dans le futur. Il y a là un symbolisme: en peignant ou en comprimant des formations sur la peau (plus souvent sur le visage), une personne se "écrase" elle-même, c'est-à-dire qu'elle reçoit une décharge psycho-émotionnelle. Ce problème peut et doit être éliminé. Tout est individuel: il suffit à quelqu'un de lire l'article et de commencer à suivre leurs désirs, et certains devront être patients pendant quelques années.

"La première étape pour contrôler la dermatillomanie est de commencer à prêter attention au désir de blesser votre peau. Par exemple, vous pouvez porter des gants à la maison", conseille Ada Condé. "Chaque fois que vous touchez, vous réaliserez que vous avez tenté de le faire. Il vous apprendra à vous contrôler."

Aussi étrange que cela puisse paraître, le fait de déchirer la peau (ainsi que de lui arracher les cheveux) est un plaisir et devient une décharge psycho-émotionnelle. Il est important d '«enseigner» à l'inconscient d'associer ce moment à quelque chose de moins agréable et même inconfortable. Après vous être pris dans une "scène de crime", faites 20 squats. Si, au cours de la journée, vous tentez une autre tentative, ajoutez-en 10 - et ainsi de suite.

Il existe plusieurs autres moyens d’éliminer les habitudes obsessionnelles. En déchirant le visage, nous pensons que nous le nettoyons, en éliminant les imperfections. Vous pouvez faire un masque qui sera juste un soin de la peau. Certains se félicitent: l'irritation disparaîtra et, en même temps, il y aura satisfaction.

Dermatillomanie n'est pas une phrase ou un signe d'insolvabilité personnelle ou de volonté faible.

Si vous êtes habitué à gratter différentes parties du corps, vous devez apprendre à changer d'attention, par exemple pour prendre un chapelet ou caresser un animal domestique.

Les cas difficiles ne peuvent pas être guéris avec des méthodes «improvisées» - une aide d'un spécialiste sera nécessaire. Beaucoup de ceux qui souffrent de ce problème réussissent dans différents domaines et mènent une vie tout à fait normale. Mais si la dermatologie vous empêche de commencer une relation, faites ce que vous aimez, ne la laissez pas suivre son cours. Il arrive qu'une personne puisse modifier ses plans et réduire ses rêves à la taille d'une boîte d'allumettes parce qu'elle se dit: "Quelque chose ne va pas avec moi, car je ne peux pas contrôler mes mains."

La dermatilomanie n'est pas une phrase ou un signe d'insolvabilité personnelle ou de volonté faible. C’est un trouble sur lequel vous ne devez pas vous concentrer, il vous suffit de l’accepter et de vous en débarrasser.

Dois-je combattre la dermatillomanie?

Beaucoup de gars et de filles sont habitués à se faire mal l'acné sur le visage. Ils considèrent cela comme une action normale, bien que ce soit l'un des signes d'un trouble mental. Dermatillomanie, comment se débarrasser de ce que peu de gens savent, est un désir obsessionnel de se faire du mal.

La personne essaie constamment de se peigner ou de se gratter la peau. Le trouble du comportement se traduit également par le désir de tirer les cheveux ou de se ronger les ongles. Pour ce faire, utilisez divers outils: pinces à épiler, ciseaux à ongles. Certains ont des dents ou de longs ongles pour les dommages. Ce sont des signes de dermatillomanie.

Causes de

La dermatillomanie est non seulement une mauvaise habitude, mais aussi une maladie. Lui-même malade provoque des dommages à la peau. Non seulement le processus n'a pas une apparence esthétique et terrible, mais aussi ses conséquences.

Les psychologues attribuent la maladie à des troubles obsessionnels compulsifs. Ses causes sont:

  • émotions négatives refoulées - colère, mélancolie, découragement, ressentiment;
  • sentiment de honte, impossibilité de se réaliser;
  • faible estime de soi;
  • incapacité à contrôler leurs propres actions et émotions;
  • culpabilité et indivision;
  • la dépression;
  • l'antipathie;
  • état de stress, etc.

Le problème principal est que le patient n'est pas toujours en mesure d'identifier de manière indépendante les causes d'un tel comportement. La maladie est comme une habitude, elle apparaît donc automatiquement chaque fois que le patient est stressé.

Une autre raison est des problèmes de peau et de cheveux. Voulant les éliminer, l'homme se fait mal.

Les symptômes sont différents. Il peut être décrit par de telles maladies:

  1. Trichotillomanie. Un trouble dans lequel le patient tire les cheveux. La raison - leur mauvais état, la présence de cheveux abîmés, cassants et secs, les pointes.
  2. Mordre l'intérieur des lèvres ou des joues. Il apparaît quand une personne est nerveuse ou craintive. Le résultat - des lèvres sanglantes, des ulcères de la bouche.
  3. Onychophagie. Dans toutes les situations stressantes, le patient se ronge les ongles ou la peau qui les entoure. Le résultat est une condition terrible des ongles et la possibilité d'infection.

Aujourd'hui, environ 15% des personnes âgées de 12 à 40 ans souffrent de dermatillomanie. La maladie est plus susceptible aux femmes.

Signes de

Les signes suivants indiquent l'existence d'un problème: refus de porter des vêtements ouverts, de sortir sans maquillage, de faire des manucures, etc. Une fille ne peut s'empêcher de serrer un nouveau bouton. Il est difficile pour elle de couper calmement le gabarit. Les cheveux sont souvent sujets à des effets douloureux. En regardant dans le miroir, l'homme a remarqué quelques défauts - ne pouvait pas les ignorer, a essayé de les éliminer soigneusement. N'a pas fonctionné. Puis il se blesse et gêne.

S'il s'agit d'acné, la personne les presse immédiatement. Et c'est bien si on traite une plaie avec des produits à base d'alcool. Dans le cas contraire, la probabilité d'infection est élevée. Et puis le nombre d'acné augmente, et après avoir serré à leur place des cicatrices se forment. Ils sont répartis dans tout le corps. En conséquence, le patient essaie de les peigner, ce qui aggrave la situation.

C’est sur cette base que la dermatillomanie se caractérise principalement par le manque de contrôle de ses actes. Une personne effectue de telles opérations inconsciemment, automatiquement. Il peut comprendre qu'il se blesse, mais il ne peut pas y faire face.

Auto-traitement

Se débarrasser de ce trouble mental aidera la psychanalyse. Vous devez penser à ce qui suit:

  • combien de fois je me fais mal
  • pourquoi je le fais
  • Quelles sont mes actions liées à;
  • est-ce que je me sens mieux après ces «procédures»?
  • Mes actions mènent-elles à la formation de plaies, au développement d'infections?
  • si d'autres remarquent ma maladie, l'indiquent-ils?

Il est nécessaire de comprendre si le patient tire plaisir de telles actions. Si c'est le cas, vous devriez penser à d'autres moyens de vous calmer. La meilleure solution est l'activité physique. Après un effort physique, une personne n'aura plus la force de traiter ses problèmes. Le but de cette technique est de déplacer le focus sur d'autres objets.

Vous pouvez penser à une promotion si l'habitude ne s'est pas manifestée dans les délais prévus. Cela peut être une excursion au cinéma ou au café, une promenade, des soins de spa, etc. Il est important que cette activité procure du plaisir au patient. Ce sera la meilleure motivation.

Une autre méthode efficace consiste à demander à vos amis de vous rappeler le problème s’ils remarquent à nouveau que leurs ongles se ramassent ou que l’acné se contracte chez un patient. Les remarques font honte à une personne et, pour en réduire le nombre, elle voudra se débarrasser du problème le plus tôt possible.

La tâche de l'auto-traitement est d'apprendre à contrôler leurs actions. Cela aide la personne à penser au préjudice qu'une personne se fait quand elle recommence à se gratter la peau ou à se mordiller la peau entre ses doigts. Il apprend à en prendre conscience et à réagir différemment à son propre problème.

Travailler avec un psychologue

Les personnes ayant une faible volonté ne peuvent pas toujours faire face à la dermatillomanie seule. Ensuite, il est préférable de demander de l'aide aux médecins. Vous devez d'abord consulter un dermatologue et ensuite un psychologue. Si la maladie est négligée, un traitement complexe est nécessaire.

Un dermatologue examinera la peau et établira un diagnostic. L'apparition de l'acné n'est pas toujours associée à la puberté à l'adolescence. Cela peut être la conséquence d'un échec hormonal ou d'une réaction allergique. Par conséquent, une visite à ce médecin est nécessaire.

Un psychologue sera nécessaire si le problème est en cours d'exécution. Thérapie cognitivo-comportementale appliquée. Il ressemble beaucoup à la psychanalyse, mais a un objectif différent:

  • changer les comportements;
  • changer le type de pensée;
  • éliminer une mauvaise habitude;
  • apprendre au patient à réagir différemment à son propre comportement.

Le psychologue explique au client qu'il doit s'accepter tel qu'il est. Si vous n'êtes pas satisfait de l'état de la peau du visage, commencez à la soigner à l'aide de produits cosmétiques. Si vous n'aimez pas les ongles, passez à une manucure, etc.

Certains médecins vous conseillent de faire de la méditation, du yoga, tous les jours pour prononcer des affirmations (déclarations positives). Cela aidera à s'harmoniser avec soi-même et à se calmer rapidement, sans causer de préjudice.

Rappelez-vous que le processus de réadaptation peut être long. Par conséquent, vous ne devez pas commencer un problème similaire, mais commencer le traitement immédiatement après l’identification du problème.

Conclusion

La dermatillomanie est un trouble du comportement quand une personne se blesse. Il est inhérent aux personnes âgées de 12 à 40 ans. Il se manifeste par un désir incontrôlable de peler la peau, de pincer l'acné, de tirer les cheveux, de se ronger les ongles, etc.

Si la maladie n’est pas trop avancée, l’aide personnelle aidera. Elle est réalisée sur la base de la psychanalyse. Si le patient a une maladie négligée, il est nécessaire de consulter un dermatologue et un psychologue. Ils vont prescrire un traitement efficace.

Comment se débarrasser de la dermatillomanie

Le terme scientifique dermatillomanie désigne le trouble mental, défini comme l’habitude de choisir la peau, de gratter l’acné sur le visage ou d’arracher les poils de différentes parties du corps.

Les causes

La dermatillomanie est à la base de problèmes psychologiques. La principale cause du développement de la maladie est donc l’état mental anormal du patient. Il a un désir obsessionnel inadéquat de se faire du mal.

Autres raisons psychologiques à ce comportement:

  • la culpabilité;
  • suppression de la colère et de la frustration;
  • sentiment d'humiliation et de honte;
  • stress chronique prolongé;
  • dépression prolongée;
  • la présence de troubles phobiques.

Des maladies de la peau ou d'autres problèmes esthétiques peuvent être les précurseurs de la dermatillomanie. Les personnes souffrant de maladies caractérisées par de fortes démangeaisons courent également un risque.

Les troubles psychologiques provoqués par des sentiments négatifs entraînent des problèmes dans la sphère sociale et perturbent la vie quotidienne normale. Bientôt, le patient devient socialement passif et parfois socialement dangereux.

Les personnes qui souffrent d'un diagnostic de dermatillomanie ont souvent des antécédents de trouble obsessionnel-compulsif, mais elles ne sont pas informées de la maladie ou préfèrent ne pas la remarquer.

Le désir de peigner la peau est provoqué par des émotions, souvent négatives. L'outil de départ sert la peur, l'ennui ou l'expérience.

Une autre cause peut être des problèmes esthétiques visuels, se débarrasser de cette personne encore plus peigner les plaies. Souvent, le début de l'envie devient la non-acceptation de l'homme par d'autres.

Symptomatologie

L'envie d'abîmer la peau dans toutes les zones touchées possibles se produit spontanément, quels que soient le lieu et l'heure. Leur résultat est la dermatillomanie. Inconsciemment, une personne commence à lui arracher un bouton sur le visage ou simplement à se gratter la tête avant un événement important. Répétition systématique du grattage après diverses situations stressantes:

  • incompréhension des autres;
  • activité physique;
  • bouleversement moral.

À chaque fois que la sensation de soulagement s’en ressent, la dépendance augmente et devient une habitude. Au moment de la défaite des ongles de la peau, le patient reçoit un bref sentiment de soulagement ou de satisfaction partielle. Parfois, les patients ressentent une euphorie, ce qui renforce l’habitude psychologique de cueillir la peau avec les doigts.

Manifestation de la dermatite consistant à se gratter la peau sur des zones ouvertes, telles que les mains et le visage, ou sous le cuir chevelu sur la peau. Au fil du temps, les cicatrices se propagent dans tout le corps et les gens souffrent de l'impossibilité d'arrêter les prélèvements cutanés obsessionnels. Parfois, les personnes atteintes de cette maladie peuvent commencer à comprimer même des taupes vivantes.

Une irritation mécanique constante de la peau conduit parfois à une infection et à une déshydratation de la peau. En conséquence, une personne gâte non seulement son apparence, mais provoque également l’intrusion de bactéries dans le corps.

La dermatillomanie se caractérise non seulement par le bricolage de la peau, mais également par un comportement obsessionnel répétitif. Cela se manifeste par l'habitude de peler la peau des doigts, de ronger les ongles, de se ronger les lèvres et l'intérieur de la joue, de soigner les blessures incomplètement guéries et d'arracher les poils.

Tirer les cheveux est isolé dans un sous-type distinct - trichotillomanie.

Les symptômes de la trichotillomanie se manifestent par un désir irrésistible de déchirer les cheveux et de prendre conscience du mal causé. Les sourcils, les cils, les cheveux sur les mains et la tête en souffrent. Le désir de la fille de devenir belle se termine par des cheveux déchirés. Même les saignements et les cicatrices n'arrêtent pas les patients.

Il convient de noter que les femmes et les filles âgées de 15 à 45 ans souffrent généralement de dermatillomanie et de ses variétés.

Chez les hommes, ce trouble du comportement n'est pratiquement pas enregistré.

Méthodes de traitement

La dermatillomanie doit être traitée de manière globale. Il est très difficile de se débarrasser d’une maladie qui évolue de manière autonome.

Les principales méthodes de traitement sont les suivantes:

  • utilisation d'agents dermatologiques pour soulager les symptômes de démangeaisons;
  • demander l'aide d'un dermatologue, cosmétologue, trichologue;
  • en cours de traitement par un psychologue.

La lutte contre ce trouble est principalement axée sur les aspects psycho-émotionnels.

Les méthodes de lutte les plus populaires sont la psychothérapie et l'hypnose.

Les sédatifs médicamenteux ne sont prescrits que lorsque la cause sous-jacente est une dépression prolongée. Dans d'autres cas, il n'est pas nécessaire de les utiliser.

Psychothérapie cognitivo-comportementale

Pour les personnes atteintes de dermatillomanie, le traitement utilise différentes méthodes de psychothérapie cognitivo-comportementale. Pour le traitement, plusieurs techniciens sont utilisés, le principal étant la reconversion des habitudes.

Selon lui, les lésions cutanées constituent une réaction conditionnelle à certains événements de la vie de personnes souffrant de dermatite. Une personne malade peut ne pas être au courant des déclencheurs enracinés dans son esprit.

La formation de recyclage d'habitude fonctionne dans les directions suivantes:

  • apprendre à prendre conscience des situations qui précèdent les manifestations de manie;
  • rechercher un substitut au comportement lorsque survient une situation stressante;
  • apprendre des techniques de complaisance.

La deuxième méthode est le contrôle de déclenchement. La réglementation des incitations implique le recours à des "habitudes de blocage" spéciales. C'est une sorte de limitation de la possibilité de blesser la peau.

La restructuration cognitive est une technique qui aide une personne atteinte de dermatologie à apprendre à bien méditer avec un désir obsessionnel d’endommager la peau. Favorise le développement de la pensée positive et l'élimination rapide des pensées négatives.

L'objectif principal de la psychothérapie cognitivo-comportementale est de former une personne à percevoir de manière adéquate les situations psychologiques qui l'incommodent. Ce type de traitement aide à développer la capacité de reconnaître les problèmes contenus dans les pensées et les sentiments, sans se peigner.

Le traitement basé sur une thérapie cognitivo-comportementale doit comprendre au moins 3 séances. La durée moyenne de traitement est de 2-3 mois.

L'hypnose

Une des méthodes efficaces pour se débarrasser de la dermatillomanie est la psychothérapie hypnosugestive. Ce type de traitement consiste à plonger une personne dans un état de transe lorsque l'attention et la concentration sont assourdies.

Le patient sous hypnose est exposé à certaines réactions à des situations et à des événements appelés déclencheurs. De nouvelles pensées et de nouveaux comportements sont enracinés dans le subconscient, ce qui permet une longue période d’amélioration de la santé humaine grâce à la dermatillomanie.

À l'aide de diverses techniques de suggestion (trois «oui», blabbing, psychanalytique, orienté sur le corps, etc.), une restructuration complète de la réaction aux stimuli a lieu. Après 5 à 6 séances d'hypnose, les principaux symptômes de la maladie cessent d'apparaître. Et si la psychothérapie hypnagogue est réalisée dans un complexe avec PNL (programmation neuro-linguistique), l’effet durera 3 à 5 ans.

Thérapie individuelle et de groupe

Si le cas ne fonctionne pas, utilisez des méthodes individuelles ou de groupe. La première consiste à parler en face à face avec un psychologue. Au cours des conversations, les causes du développement de la maladie sont clarifiées, ce qui permettra au médecin d’établir un plan de traitement. On propose au patient de réfléchir aux problèmes suivants:

  • combien de fois il se gratte la tête;
  • qui a provoqué de telles actions;
  • Qu'est-ce qu'on ressent quand on gratte la peau?
  • tirer les cheveux lui apporte-t-il de la joie;
  • est-ce que ça devient plus facile après ça?
  • Son désordre est-il visible aux autres, etc.

Cela permet au patient d’évaluer la situation de façon indépendante et de réaliser une auto-analyse. Le psychologue pendant les séances l’aidera à reconfigurer et à se débarrasser du désir obsessionnel de peigner sa peau jusqu’au sang.

En parallèle avec les classes individuelles sont groupe. Au début, tous les patients se rencontrent, partagent leurs problèmes et racontent comment ils ont essayé de les gérer. La principale caractéristique de la thérapie de groupe est une variété de jeux de rôle qui vous permettent de maîtriser de nouveaux comportements. Les patients passent également du temps de manière intéressante et active ensemble. Cela peut être du yoga conjoint, de la méditation ou un sport. Il arrive qu'un groupe de patients assiste à des manifestations culturelles ou lors d'une session discute d'un livre lu, etc.

Les psychologues expliquent qu'un passe-temps intéressant aidera à détourner l'attention des idées obsessionnelles et à remonter le moral. Les patients qui étaient déprimés et qui ne communiquaient avec personne ont une chance de redevenir actifs socialement.

Le nombre optimal de séances de thérapie individuelles est de 10, groupe - 5-7. La durée dépend de l'état initial du patient, du succès de son traitement et du travail du psychologue. En moyenne, le traitement dure de 1 à 6 mois.

En cas de thérapie individuelle, il ne faut pas oublier d'effectuer constamment des procédures de soin du visage. Vous devriez également consulter régulièrement un dermatologue ou un autre médecin.

Conclusion

Dermatillomanie est une maladie dans laquelle le patient se peigne la peau, saigne et blesse, arrache les cheveux, se mord les lèvres. Les causes fréquentes sont l'exposition prolongée à des situations stressantes, la présence de troubles phobiques ou mentaux, un sentiment de culpabilité devant des proches, etc. Le traitement implique des visites chez un dermatologue, un trichologue ou un cosmétologue, ainsi qu'un psychothérapeute.

DERMATILLOMANIA - HABITER POUR PROMOUVOIR LES CENDRES ET POUR PELER LA PEAU (DIAGNOSTIC ET TESTS, TRAITEMENT)

Dermatillomanie (dermatillomanie, cueillette de la peau, cueillette de la peau) se réfère à un trouble obsessionnel compulsif (TOC). D'autres types d'automutilation (automutilation, automutilation, auto-agression) font également référence à de telles excoriations: trichotillomanie, coupures, etc. Tous ces troubles mentaux sont appelés comportements répétitifs centrés sur le corps, BFRB. Les médecins ont reconnu que l'excoriation névrotique était une maladie et non une mauvaise habitude. Ils ont donc inclus la dermatillomanie dans la Classification internationale des maladies CIM-10 sous le code F42 (catégorie troubles obsessionnels-compulsifs), ainsi que dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux.

POURQUOI PRENONS-NOUS LA PEAU SUR LE VISAGE ET LE TÉLÉ: TESTS DE DERMATILLATION

La dermatillomanie est un trouble anxieux dont l’un des symptômes caractéristiques est l’impossibilité de résister à la cueillette de la peau. Le fait de pincer l'acné et de "nettoyer" la peau soulage la tension, l'excitation ou les pensées obsessionnelles qui ont surgi avant elle. Après "l'attaque" est souvent un sentiment de regret, le remords, la faiblesse apparaît.

Des études montrent que le dermatilloman moyen, ou «kovyryalschik», est une femme de 30 (+/- 5) ans en détresse prononcée.

Selon les statistiques, 2 à 5% des personnes souffrent de dermatillomanie, qui provoque de graves lésions cutanées et / ou altère leur qualité de vie. Plus de 75% d'entre eux sont des femmes.

La plupart du temps, ces personnes se grattent le visage et / ou le corps, écrasent le contenu de l'acné et des pores avant les plaies, les croûtes et les croûtes. Parfois, le cuir chevelu en souffre. La dermatillomanie devient pour eux un trouble chronique et est souvent associée à des troubles psychiatriques concomitants - dépression, attaques de panique, dysmorphophobie (accent mis sur les défauts de leur apparence), anxiété, troubles de la personnalité, etc.

Vous pouvez passer des tests de dermatillomanie en ligne sur des sites (en anglais, peut être traduit à l'aide d'un traducteur en ligne):

  • ocdla.com/dermatillomania-compulsive-skin-picking-test-test (les résultats du test seront envoyés par courrier électronique),
  • skinpick.com/node/3805 (le site est entièrement dédié à la sélection de la peau; la réponse vient du courrier électronique.)
  • stopskinpickingcoach.com/dermatillomania-test-do-you-have-it/ (critères de diagnostic),
  • bfrb.org/clinicalscales (tests officiels et échelle de détermination de la dermatillomanie).
Exemple de résultat de test de dermaticallomanie - SkinPick.com

COMMENT SE DÉROULER DE LA DERMATILLATION ET NE PAS MANQUER LA PEAU: TRAITEMENT

  1. Psychothérapie cognitivo-comportementale

Au cours du traitement, il est important de mettre l’accent sur la prévention des rechutes en renforçant la maîtrise de soi, ainsi que de mettre au point des mesures claires et précises à cet égard. On enseigne également aux patients comment remplacer le prélèvement de peau (une autre action est choisie, telle que serrer le poing). Le complexe peut être prescrit des médicaments, y compris hormonaux, qui améliorent l'état de la peau.

La thérapie cognitivo-comportementale peut être présentée dans un format d’auto-assistance. Les résultats de la recherche montrent que cette méthode réduit considérablement la gravité des symptômes. Dermatilloman devrait vous apprendre à remplacer le prélèvement de peau par un comportement différent, «inoffensif». Par exemple, il imite d’abord les mouvements de base (rapproche les mains du visage), puis les remplace par d’autres qui ne sont pas liés à la peau (par exemple, touche un accessoire, un objet ou un vêtement). Cette approche représente le début d'une nouvelle séquence comportementale, qui se termine par une action inoffensive (découplage).

  1. Thérapie d'acceptation et de responsabilité (ACT, "ect")

Acceptation Engagement Therapy, ou ACT, inclut des stratégies d'acceptation, de sensibilisation et de changement de comportement. Ce type de thérapie enseigne l'acceptation des pensées et des sentiments négatifs dans le cadre de l'expérience humaine («acceptation») et encourage la réflexion sur les moyens de réagir à ces pensées et émotions négatives de manière à correspondre aux valeurs et objectifs personnels («engagement, responsabilité»). Les résultats des observations montrent que, dans de nombreux cas, cette approche aide les dermatillomanes à se rétablir complètement.

  1. Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine

Les médicaments ISRS améliorent le comportement lors du prélèvement de peau obsessionnel. La fluoxétine (jusqu'à 80 mg / jour pendant 10 semaines ou à 60 mg / jour pendant 6 semaines) a été prescrite à des patients atteints de dermatillomanie. La fluoxétine a nettement amélioré les symptômes par rapport au placebo («factice») avec une dose moyenne de 55 mg / jour. Dans le même temps, des améliorations restent à venir.

Une autre grande étude a montré une certaine efficacité du citalopram (20 mg / jour pendant 4 semaines). Une étude flexible de l'escitalopram avec un schéma posologique flexible allant jusqu'à 30 mg / jour pendant 18 semaines a montré que ce médicament pouvait également être efficace pour réduire le prélèvement pathologique de la peau. Près de la moitié des sujets (44,8%) ont présenté une rémission complète (disparition) des symptômes de la cueillette. 27,6% des patients ont eu une réponse partielle.

Une autre étude non contrôlée utilisant de la fluvoxamine avec une dose flexible allant de 25 à 50 mg / jour à une dose totale maximale de 300 mg / jour pendant 12 semaines a montré que tous les participants (14 personnes) présentaient une réduction significative des symptômes de dermatillomanie. Ils ont un contrôle accru du comportement, une meilleure attitude envers leur peau et leur apparence. L'administration de sertraline peut également être efficace.

  1. Médicaments glutamatergiques (NAC)

L’utilisation de médicaments glutamatergiques pour traiter le TOC et d’autres troubles similaires du système nerveux et mental suscite un intérêt croissant. Le glutamate est un neurotransmetteur excitateur clé du système nerveux central (SNC). La N-acétylcystéine (NAC) est l'un des additifs les plus sûrs et les plus récents qui ont démontré son efficacité dans le traitement des TOC et de la trichotillomanie. Utilisé à une dose de 1 200 à 3 000 mg / jour pendant 12 semaines, le NAC réduit considérablement les symptômes d'excoriation névrotique, y compris la dermatillomanie. Près de la moitié des sujets ont noté des améliorations significatives.

Inositol (pseudovitamine B) est un autre supplément sans danger qui peut être utile dans le traitement de la dermatine et de troubles similaires. À ce jour, une seule étude non contrôlée publiée a été réalisée, qui a montré une réduction du prélèvement de la peau due à l'utilisation de myo-inositol. De plus, ce complément alimentaire peut réduire la testostérone et l'apparence de l'acné.

Les méthodes alternatives de traitement de la dermatillomanie, qui peuvent être utilisées en thérapie complexe, incluent le yoga, les exercices d'aérobie, l'acupuncture et l'hypnose. Il existe également des gadgets spéciaux pour lutter contre l'habitude de choisir la peau. Par exemple, un bracelet d'habitant Keen qui mémorise des mouvements «obsessionnels» et commence à vibrer sur le bras lorsqu'une personne tente de reproduire ces actions (par exemple, il met ses mains sur son visage).

Dermatillomanie: qui développe et comment se manifeste, psychothérapie

Dermatillomanie (excoriation, lat., Selharm, ing.) - trouble mental, se manifestant par un influx impulsif involontaire de la peau - grattage constant, raclage, raclage de la peau, compression de l'acné et de l'acné.

Brève information

Selon la classification internationale des maladies CIM-10, la maladie est incluse dans la rubrique «Troubles de l’habitude et des désirs» (F63), qui regroupe les troubles du comportement dus à une attirance irrésistible à l’action.

Selon le DSM-V (Manuel diagnostique et statistique de l'American Psychiatric Association), la pathologie est classée dans la catégorie «trouble obsessionnel-convulsif (OCD)», considérée comme une action obsessionnelle.

Selon les statistiques, une dermatillomanie a été détectée chez 23% des personnes souffrant de TOC. Le trouble était également présent chez 27% des patients atteints de dysmorphophobie (fixation accrue sur des défauts mineurs de leur corps).

Les adolescentes et les femmes de 30 à 45 ans sont plus susceptibles. Aux États-Unis, 1,4% de la population adulte souffre de cette manie.

La maladie est rarement retrouvée seule, généralement accompagnée de trichotillomanie (envie de tirer les cheveux), l'habitude de se ronger les ongles, les bavures, les lèvres mordantes.

Comment se manifeste la dermatillomanie

À l'adolescence, les filles manifestent un intérêt accru pour leur apparence (pour ne pas paraître plus mauvaises que les autres, pour se conformer aux idées sur la beauté et la mode généralement acceptées par leurs pairs, pour faire plaisir au garçon). De plus en plus, ils se tournent devant le miroir, s’examinant intensément et méticuleusement. Le moindre bouton ou une petite tache sur la peau les plonge dans une horreur indescriptible. Naturellement, personne ne demande conseil à une mère ou à un spécialiste.

La fille commence à la faire sortir d'elle-même. Avec les conditions "favorables" pour le développement de la maladie, en pressant un bouton, la manie se développe, l'adolescent recherche inconsciemment de nouveaux "objets" pour l'excoriation, des actions auto-destructrices se produisent continuellement, le patient ne peut plus s'arrêter.

Pour une femme d'âge moyen aux prises avec un bouquet de problèmes psychologiques, une faille sur la peau est une confirmation de son infériorité, de son vieillissement, à l'origine des échecs dans sa vie personnelle et dans sa carrière.

Problèmes psychologiques

La maladie ne se développe pas chez chaque personne qui s’examine devant un miroir.

Les prérequis psychologiques sont:

  • caractéristiques du type de personnalité - anxieux, dépendant, anankastny;
  • violation des relations dans la famille et les pairs;
  • troubles mentaux - dysmorphophobie, TOC, dépression, schizophrénie, psychose chronique, maladies organiques du système nerveux central;
  • état de stress prolongé.

L'excursion est une manifestation de culpabilité cachée, de honte. Le patient éprouve un sentiment de dépréciation de soi, de frustration et de déception. L'automutilation peut être le résultat d'une colère impuissante (contre vous-même ou contre quelqu'un).

Dans le cadre d'autres maladies mentales, la dermatillomanie peut être interprétée comme une attraction pathologique de l'automutilation, de la compulsivité, de l'attention accrue portée aux défauts du corps, du non-sens.

Symptômes de dermatillomanie

La maladie se déroule en plusieurs étapes:

  1. Ayant remarqué des défauts sur la peau, le patient ressent de l’excitation et de l’anticipation du processus d’extrusion.
  2. Le processus d'excoriation s'accompagne d'un sentiment de peur, de honte et de libération.
  3. Après la manipulation, on éprouve un sentiment de soulagement, pour certains - un plaisir qui dure peu de temps.
  4. Le patient recherche inconsciemment un nouveau défaut qu'il faut «éliminer», après quoi il s'automutile avec un redoublement d'énergie.

Le processus est cyclique, l'excoriation est répétée plusieurs fois par jour. La sollicitation peut se produire à tout moment de la journée, n’importe où.

La peau ouverte est généralement exposée à l'automutilation - le visage, le cou, les mains comme démonstration d'auto-flagellation. Dans d'autres cas, le cuir chevelu est exposé à l'excoriation (les résultats sont dissimulés aux regards indiscrets, le patient ressent de la honte et du remords). Motivés par ces sentiments, les patients essaient de couvrir les "traces du crime" de vêtements, de cheveux, de crème.

Souvent, la honte et l'horreur de l'acte viennent immédiatement après la manipulation. Pour se punir, le patient commence à déchirer sa peau encore et encore. Les taches de rousseur, les grains de beauté, les taches d'acné, les défauts imaginaires, les pincements d'acné sont extraits et grattés. Les outils sont des pincettes de manucure, des ciseaux, des pincettes. En leur absence, les ongles et les dents sont utilisés.

Après les manipulations sur la peau, il reste des ulcères, des plaies, des cicatrices qui ne guérissent pas longtemps, car elles commencent à se ramasser encore et encore. En cas d'infection, une inflammation généralisée allant jusqu'à la septicémie est possible.

Diagnostic et traitement de la dermatillomanie

Le diagnostic repose sur des rituels et des traces d'excoriation, des symptômes caractéristiques. Pour confirmation, le test Dermatillomania / Skin Picking Disorder développé aux États-Unis est un test de dermatillomanie composé de 25 questions.

Comment se débarrasser de la dermatillomanie? Si la dermatillomanie est d'origine indépendante, les médicaments psychotropes ne s'appliquent pas. Seuls les sédatifs légers à base de plantes peuvent être prescrits. Les antidépresseurs sont prescrits en cas de dépression concomitante ou à un stade ultérieur, lorsque les manipulations se répètent très souvent et s’éternisent.

Le traitement dermatologique comprend l’utilisation de crèmes et de pommades antibactériennes, anti-inflammatoires et cicatrisantes; dans les cas graves, le recours à des moyens hormonaux. Dans de rares cas, en cas de septicémie, le patient est hospitalisé.

Le traitement de la dermatillomanie dans le cadre d'autres troubles mentaux commence par l'élimination des symptômes de la maladie sous-jacente (médicaments psychotropes, psychothérapie, médecines alternatives). Dans le même temps, la correction de l'excoriation elle-même est effectuée. La méthode principale est la psychothérapie.

Psychothérapie

La psychothérapie cognitivo-comportementale (TCC), basée sur la prise de conscience, est la principale méthode et le principal objectif du traitement. Le client doit être conscient de son comportement, déterminer les causes et méthodes possibles pour son élimination, en prévoir les conséquences et prendre des mesures pour l'éviter. Une personne devrait regarder elle-même et ses actions de l'extérieur.

Tâches de psychothérapie:

  • développement de la résistance au stress;
  • augmenter l'estime de soi;
  • formation aux méthodes de réduction de l'anxiété et de l'agressivité;
  • développement des compétences de communication.

Appliquer les techniques suivantes KPT:

  1. Habitudes de formation de recyclage. La théorie repose sur la théorie selon laquelle certains moments (déclencheurs) précèdent l'envie de s'auto-torturer, évitant ainsi à une personne d'éviter de se livrer à des actions pathologiques. L'objectif est de rechercher les déclencheurs possibles avec le client et de développer des tactiques pour les éviter (par exemple, ne pas s'approcher du miroir). Les déclencheurs peuvent être remplacés par un autre type de comportement (s'il s'agit de colère ou de ressentiment, déterminez les causes des conditions, prenez-en conscience et apprenez à réagir différemment).
  2. Contrôle des stimuli - certains “bloqueurs d'habitude” aident le client à prévenir l'auto-torture. La méthode consiste à éliminer les précurseurs de l'excoriation en modifiant les conditions habituelles conduisant à des actions pathologiques. Le client bloque consciemment les éventuels signes avant-coureurs ou avec l'aide de parents. Pour ce faire, vous devez déployer de nombreux efforts volontaires développés et consolidés avec le thérapeute.
  3. Restructuration cognitive - une méthode visant à changer la façon de penser quand on a envie de s'automutiler. La personne est consciente du danger et du danger qui en résulte et ne peut être tentée. Au début, il le fait par un effort de volonté, puis l'habitude se fixe peu à peu et il n'a aucune envie de réaliser des actions pathologiques.

Les sessions du CPT durent plusieurs mois. Les séances peuvent être conduites à la fois individuellement et en groupe avec des personnes souffrant de troubles similaires. La psychothérapie familiale a un très bon effet, dont le but est de parvenir à une compréhension mutuelle au sein de la famille, à l’acceptation de la maladie par les proches du patient et à une formation commune sur la manière de traiter le trouble.

Dans la dermatillomanie, on utilise également l'hypnose psychothérapeutique - suggestion au niveau inconscient de pensées souhaitables et de réactions comportementales en réponse à des déclencheurs.

La nage, le yoga complètent la psychothérapie. Les loisirs de ses clients sont ses loisirs.

L'auteur de l'article: Weits Alina Emilievna, médecin psychiatre, Ph.D.

Dermatillomanie: causes réelles du prélèvement de peau obsessionnel et techniques de résolution de problèmes

Dermatillomanie n'est pas une maladie physique de la peau, mais un problème psychologique d'une personne. Par conséquent, non seulement un thérapeute ou un dermatologue, mais également un psychothérapeute devrait la traiter.

Mais pour établir cette maladie, vous devez d’abord exclure d’autres maladies et toujours consulter un dermatologue. Il est plus facile pour une personne de croire en une pommade miracle et de boire des médicaments que d’accepter qu’elle ait un problème psychologique. Et afin de traiter correctement la pharmacie "causeur" aidera un rétablissement rapide.

Variétés de la maladie

Le désir obsessionnel de cueillir la peau n'est pas si rare.

Toutes les personnes ne peuvent pas reconnaître une maladie en elles-mêmes et ne vont donc pas chez le médecin, ce qui réduit les données statistiques à des indicateurs erronés. Certains patients sont observés chez un dermatologue, car ils risquent de présenter de véritables maladies de la peau.

Peigner, presser les boutons, etc. peut provoquer une infection et entraîner une augmentation des zones touchées.

Il y avait un bouton, et il en aurait dix si on le pressait avec les mains sales. Une personne atteinte d'une telle maladie se réjouit même lorsqu'elle découvre de nouveaux boutons. Et plus les boutons sont douloureux, mieux ce sera pour lui. Par de tels actes, l'homme lui-même nuit encore et encore à son apparence. Les types de dermatillomanie comprennent:

  • Tirant constamment sur les cheveux «indésirables» (trichotillomanie). Par exemple, une personne peut constamment ébouriffer les cheveux du nez ou épiler ses sourcils.
  • Mordre les lèvres, mordre la surface interne des joues, se peigner les doigts et les fissures dans les lèvres.
  • Ronger les ongles et les barbes (oniophagy).

Comme vous pouvez le constater, une personne qui se ronge toujours les ongles ne soupçonne même pas qu’elle est atteinte d’une maladie psychologique, mais pense que c’est une mauvaise habitude. Ou une fille qui commence avec une correction des sourcils tous les matins pense qu'elle regarde simplement son apparence et qu'elle n'a pas de maladie psychologique.

En règle générale, la maladie commence à se manifester à l'adolescence. Et c'est évident. L'adolescent découvre des boutons sur son front et commence à les écraser. Les hormones font rage, l'enfant se transforme en adulte et les émotions sont poussées à se peigner et à se gratter. Le plus souvent, les filles sont malades. Les garçons sont plus détendus face aux imperfections cutanées.

Comment manifeste

Si vous contractez des boutons, cela ne signifie pas que vous avez été attaqué par une dermatillomanie. Pour nettoyer le visage, éliminer les poils indésirables, tirez les bavures s'intègre parfaitement dans les procédures de soins personnels. Comment savoir si vous êtes en bonne santé ou avez déjà pris de la dermatillomanie? Pour ce faire, répondez honnêtement à plusieurs questions:

  1. À quelle fréquence faites-vous ces «procédures»?
  2. Combien de temps cela prend-il chaque jour?
  3. Qu'est-ce qui a motivé le désir de procéder à des «procédures»? Améliorer le look? Satisfaire le besoin et gratter la peau qui démange? Ou est-ce lié au désir obsessionnel de choisir la peau?
  4. Avez-vous après les «procédures» des dommages, irritation et nouvelles éruptions cutanées, etc.?
  5. Avez-vous des cicatrices et des plaies qui ne guérissent pas?
  6. Est-ce que les zones à problèmes sur la peau de vos compétences en communication?

Après avoir répondu honnêtement aux questions, en particulier au dernier point analysé, vous pouvez vous-même comprendre si vous avez la maladie ou non. La dernière question est très importante. Après tout, si vous devez masquer les défauts externes liés au maquillage, aux vêtements, aux cheveux, si vous aimez la vie privée et éviter les entreprises bruyantes, il est clairement temps de faire appel à un médecin.

Problèmes psychologiques

Cette maladie peut être identifiée par un éventail de symptômes liés aux troubles obsessionnels compulsifs. Les problèmes peuvent être si profondément cachés dans le subconscient qu'une personne ne peut pas les identifier elle-même. Ceux-ci peuvent inclure:

  • Suppression des émotions négatives telles que la colère, le ressentiment, la déception.
  • Les sentiments ne sont pas des ventes, la honte et une faible estime de soi.
  • Sentiment de ressentiment, de culpabilité et sans partage.
  • Dépression, apathie et stress.

La dermatillomanie ne se produit pas comme ça. La cause ou l’ensemble des causes provient d’un déséquilibre mental, mais les problèmes de peau sont déjà un outil pour la manifestation de la maladie. Une personne est contente de se gratter pour pouvoir être tourmentée et ne pas être autorisée à guérir.

Stress, dépression, instabilité mentale - concerne chaque personne de temps à autre. Certains sortent rapidement de cet état et d'autres vont plus loin.

Les personnes à risque de développer des maladies sur les zones visibles de la peau ont des problèmes esthétiques accompagnés de démangeaisons.

Les symptômes

La base de la dermatillomanie est la psychologie. C'est pourquoi les symptômes évidents et cent pour cent peuvent ne pas être. Ce n'est pas une maladie physique qui est accompagnée du même ensemble de symptômes pour tous. Il y a tellement de gens, tellement de symptômes.

Les psychiatres sont donc convaincus qu'il y a beaucoup plus de personnes atteintes de dermatillomanie. Mais vous pouvez toujours souligner un certain nombre de symptômes principaux:

  • Lorsque de nouveaux boutons, abrasions ou autres problèmes de peau sont découverts, la personne ressent une poussée de force.
  • Au moment de se blesser à la peau, une personne reçoit un soulagement à court terme et même un élan de joie. Une personne reçoit de l'excitation, du plaisir et de la détente.
  • Après avoir gratté ou serré, une personne après un court plaisir entre immédiatement dans un état de frustration. Et afin de changer les sentiments négatifs en sentiments positifs, il recommence à tirer le même endroit.
  • Le désir de blesser la peau vient spontanément. Une personne n'est arrêtée ni par un lieu public, ni par le temps, ni par des conditions insalubres.
  • En regardant dans le miroir, une personne ne voit pas toute son image, mais elle étudie minutieusement son visage à la recherche d'une zone à problèmes afin de s'y attacher immédiatement.
  • Le processus de "procédures" est toujours déclenché par un certain ensemble d'émotions, non pas selon un besoin esthétique, mais selon un état psychologique.

Tous les symptômes se manifestent complètement différemment chez chaque patient. Malheureusement, il est impossible de se soigner. Une personne ne peut pas prendre et décider ce qui ne sera plus gratter, presser et gratter. Ce n'est pas une mauvaise habitude, dont vous pouvez vous débarrasser par la force de votre volonté. C'est une maladie de l'âme que seul un psychologue peut guérir.

Diagnostic et traitement

Toutes les personnes qui pressent les boutons ne sont pas nécessairement porteuses de maladie mentale. Dermatillomanie peut être une maladie distincte et peut être une petite partie de l'ensemble du bouquet de maladies psychologiques.

En cours d'exécution, on ne peut pas se passer d'un psychiatre, car un psychologue ordinaire ne sera pas capable de guérir le patient en parlant seul, et cela nécessitera un traitement médical ici.

En règle générale, les techniques de psychothérapie cognitivo-comportementale sont utilisées pour ces patients. Au cours du traitement, le patient est recyclé et éliminé des mauvaises habitudes, tout comme par exemple le fait de reconvertir un gaucher en droitier. C'est difficile et le résultat peut être fragile et court. L'essentiel est d'apprendre au patient à réagir différemment aux attaques soudaines du désir de toucher, gratter, ronger la zone de la peau.

Pendant le traitement, recherchez la cause, ce qui sert de signal à peigner. Dans certains cas, cela peut être de la colère ou une attaque de culpabilité. De telles promesses sont appelées des déclencheurs.

Le patient est clairement conscient que, lorsqu'il a peur, le désir de produire un bouton n'est pas un désir direct de se débarrasser de la peur, mais un instrument de distraction du problème.

Le patient apprend à comprendre le déclencheur et à en prendre conscience, puis installe une nouvelle habitude de réagir au déclencheur. Par exemple, dans la colère - respirez profondément et dans la peur - asseyez-vous sur une chaise haute.

Souvent, la gâchette est un miroir ou son reflet. Une personne cherche des miroirs, approche son visage le plus près possible et cherche un «gilet de sauvetage» sous la forme d'un bouton ou d'une égratignure. Dans ce cas, une personne doit éviter de se regarder souvent dans le miroir. Il est conseillé de baisser la lumière, de regarder de loin et d’entrevoir un aperçu.

Assez quelques minutes le matin avec les toilettes du matin. Ne cherchez pas vous-même dans les reflets, vous pouvez trouver le problème.
Faire face à la maladie yoga, pilates et natation. Une personne a besoin de se forcer physiquement et de céder ainsi aux émotions stagnantes.

Commentaires d'experts

La dermatillomanie est un trouble qui nécessite un traitement, parfois uniquement une psychothérapie, ou associé à un traitement médicamenteux. Aux raisons principales de l'apparition du trouble décrit dans l'article, je souhaite ajouter que ce type de comportement développé une fois a aidé une personne à s'adapter aux conditions environnantes et qu'aucune autre méthode n'était disponible.

Le désir de choisir votre peau naît inconsciemment, impulsivement ou avec la capacité de remarquer vos actions, mais avec un échec significatif dans le temps. De telles actions aident à faire face au stress émotionnel. Cependant, l’effet d’un tel dégagement de tension est de courte durée et cède la place à un sentiment de culpabilité, de honte et à une tendance à l’auto-flagellation.

Le stress émotionnel peut être dû à l’incapacité de faire face à un grand nombre de sentiments et d’expériences. C'est de la culpabilité, de la peur, de l'anxiété, de la colère (colère), de la honte, du désespoir, de l'impuissance. Dans chaque cas d'hôtel, ce sera son propre ensemble de sentiments et d'émotions intolérables, avec lesquels il est très difficile pour quelqu'un de faire face ou qui est impossible.

Se faire du mal à soi-même, à sa peau, est lié à une action auto-agressive et peut être dû à son incapacité à ressentir ouvertement la colère et la colère envers des personnes proches et importantes (généralement les parents). Ensuite, l'énergie de la colère, qui pourrait être dirigée vers l'extérieur, sur la personne qui provoque un sentiment de colère, mais à cause de la peur d'être puni ou de la crainte d'être condamnée, est dirigée vers lui-même, sous la forme d'un choix obsessionnel.

Les personnes souffrant d'anxiété et de faible estime de soi sont sujettes à la dermatillomanie. Il est très important de faire attention aux symptômes mentionnés dans l'article et si vous les trouvez vous-même, contactez un spécialiste pour obtenir de l'aide. La Gestalt-thérapie aide à comprendre les sentiments avec lesquels vous avez du mal à faire face lorsqu'un désir irrésistible de blesser votre peau apparaît. Cela fournit également une opportunité non seulement de modifier les comportements, mais aussi d'apprendre à remarquer, à exprimer correctement vos sentiments et à les retrouver. Et la nécessité de causer des dommages à leur peau perdront leur pertinence et leur nécessité.